Accueil

Journal
Fête Acadienne du 15 Août 2008
du 08/09/2008
par Michel MARASSE
 Les Cousins Acadiens - 102 articles  

à Archigny, site du musée

PETIT TINTAMARRE DU 15 AOUT 2008 A ARCHIGNY
ET 400 ANS DE LA VILLE DE QUEBEC


Cette année encore la tradition a été respectée. Depuis 25 ans Les Cousins Acadiens honorent le jour de la Fête Nationale des Acadiens en organisant leur Petit Tintamarre. Et, cette année, le 400ème anniversaire de la fondation de Québec a été associé à la fête.
Le quinze août acadien s’articule toujours autour des trois temps forts composant son organisation : la messe mariale du matin , le pique-nique du midi, la kermesse et le concert de l’après midi.
Mais tout cela n’est pas issu de la génération spontanée et il a fallu beaucoup de travail et beaucoup d’efforts pour ouvrir cette journée dans les meilleures conditions possibles et pour le plaisir de tous.
Les premières démarches commencent dès le mois d’octobre car les bons groupes musicaux sont très sollicités et leur planning se prévoit un an à l’avance.
Deux réunions sont nécessaires pour définir le Qui fait Quoi Quand ; ensuite, la mission de chacun étant définie, on passe à l’action. Il faut dire que depuis le temps, la livraison du podium, le montage des stands et des tables, le branchement des frigos, l'installation de la buvette, le fléchage, le balisage du parking, la préparation de la pâte à crêpe, le listage des lots, la pesée du jambon, la mesure de la ficelle... on connaît ! Et on essaie de le faire dans la bonne humeur. Bon, c'est vrai, il y a de temps en temps des grincements de dents, de la rouspétance, mais le stress et la fatigue de la préparation en sont souvent la cause et c'est pardonnable.
Il ne faut pas oublier la conception et la distribution des affiches, les correspondances avec les médias et les autorités pour les autorisations administratives, le parking, la sécurité, le fléchage, etc… il ne faut rien oublier, mais tout le monde connaît son rôle sur le bout du doigt.Après la messe mariale célébrée

VENDREDI 15 AOUT : LE JOUR J.
La Messe
Depuis plusieurs années déjà le rituel de la messe mariale, qui ouvre notre fête du 15 août, est bien rodé, et si certains changements s’opèrent au niveau des participants et des officiants, le déroulement est parfaitement reconduit d’une année à l’autre.
Il était un peu plus de 10h30 lorsque M. Jacques LONHIENNE, président de « l’Association des amis pour la Sauvegarde de l’Abbaye de l’Étoile », a souhaité la bienvenue aux 450 personnes présentes dans l’ancienne église abbatiale. Puis Jacques a rappelé ce que le 15 août signifiait pour les Acadiens ainsi que les liens qu’ils avaient eu, il y a plu de 230 ans, avec cette abbaye dont ils auraient aimé faire leur paroisse. A l’issue de ce liminaire, la chorale, sous la direction de madame Michèle DEBAIN et de monsieur Bertrand de FEYDEAU, a pris le relais en entonnant le chant d’ouverture « Reine de nos cœurs ».



     Cette année la messe mariale etait officiée par Monseigneur Albert ROUET, Archevêque de Poitiers, qui honorait de sa présence cette belle célébration.


   Pendant plus d’une heure de messe, incantations, prières, recueillement et chants retentirent sous les voûtes de cette grande salle presque millénaire. L’hymne acadien a conclu cette magnifique cérémonie qui a ému tous les participants. Ce fut, comme chaque année, un grand moment d’émotion qui a marqué le début de la Fête Nationale des Acadiens.


Tous ceux qui assistaient à cet office pour la première fois, nous ont dit combien ils avaient apprécié la messe et tout l’environnement et l’histoire qu’elle véhiculait d’une manière aussi solennelle.
Après l’Ave Marie Stella, le président des Cousins Acadiens du Poitou, Gérard ARDON-BOUDREAU, a remercié chaleureusement tous les participants de leur présence, avec bien sûr une mention particulière à M. Jacques LONHIENNE et à « l’Association des Amis pour la Sauvegarde de l’Abbaye de l’Étoile », en tant qu’hôte et amis des Cousins. Remerciements également à M. Bertrand de FEYDEAU, chef de chœur, qui s’est acquitté avec brio de cette difficile tâche ; Mme Michèle DEBAIN, toujours très professionnelle n’était bien entendu pas oubliée. Remerciements à l’équipe pastorale et en particulier à Monseigneur ROUET pour avoir pris le temps de venir honorer notre cérémonie.
Puis le président a souhaité lire deux courts extraits dédiés à l’Acadie :
Avoir Un Pays
Dire mon Acadie
Comme on dit ma Chine
Comme on dira un jour
Peut-être
Mon Kébek
Et sentir dans ses entrailles
Palpiter
Comme une envie de pain de pays
Et des frissons d'appartenance
Avoir les yeux grands ouverts
Comme pour capter les messages
De ses arbres et de ses fleurs
De l'air du feu du sel et de l'eau.
Calixte DUGAY

L'acadie Est Une Histoire Vivante
« Une et pourtant éparse, l'Acadie vit dans la mémoire d'une petite nation, née en Nouvelle Ecosse, sur les bords de la Baie Française, aujourd'hui Baie de Fundy, issue d'immigrants poitevins et angevins, auxquels s'ajoutèrent des pêcheurs basques et bretons, et même quelques écossais. Conquise et démembrée dans le remous des guerres que se livraient au dix huitième siècle les puissances européennes, l'Acadie se vit rayer des cartes géographiques à compter de 1755, année des premières déportations.
Tous les Acadiens furent déportés aux quatre vents jusqu'en 1768.
Et pourtant, contre vents et marées, ils ont conservés comme un joyau ancestral le nom d'Acadiens. Comme ils devaient l'aimer, ce pays d'Acadie, pour qu'il soit ainsi resté dans la mémoire de ses habitants et de leurs descendants, après tant de générations!
Pays devenu multiple en se voyant banni des registres officiels, l'Acadie est aujourd'hui plus vivante que jamais dans une foule de petite communautés parsemées le long des côtes de l'Atlantique et ailleurs.
Elle éclate dans la joie de vivre de ses fêtes, de ses travailleurs, dans l'audace de ses entrepreneurs, dans la force de ses institutions.
Elle vous attend pour vous manifester sa fière hospitalité, pour vous parler de ses rêves et de son quotidien. »

Enfin le président a tenu, en dernier lieu, à adresser un message à cette Reine des Cœurs si chère aux Acadiens. Trois fois merci Marie pour bien vouloir essuyer, le temps de la fête, les larmes du ciel.
Tout le monde fut convié au Musée Acadien pour la seconde partie des réjouissances.
A la sortie de l'abbatiale, les membres de l’association, costumés, ont été photographiés en compagnie de Monseigneur Rouet.


LES FESTIVITES
Le Pique-nique



 Il faut l'avouer, l'été 2008 n'a pas été très ensoleillé et notre angoisse montait de jour en jour avec une météo plutôt pessimiste pour cette semaine du 15 août. On nous laissait quand même espérer un temps moins maussade pour la journée du 15. La radio et la télévision restaient prudentes, sur internet on suivait les nuages plaqués sur le Poitou, chaque jour on vérifiait l'évolution. Puis, le vendredi 15 au matin le soleil était au rendez-vous et il nous a honoré de sa présence tout au long de la journée. Et ce fut bien, pas trop chaud, juste ce qu'il fallait pour danser sans transpirer.

   L’heure du pique-nique ayant sonné nous avons compté environ 400 pique-niqueurs rassemblés autour du musée. Ceux qui arrivaient chargés de leurs repas ouvraient les glaciaires, les autres faisaient la queue pour acheter les plateaux-repas confectionnés par Guittou, restaurateur à La Puye. Cette année 300 repas ont été distribués par Guittou, Jacqueline et Annie.
Parmi les convives nous comptions monseigneur ROUET et ses deux prêtres assistants, monsieur Jean Claude PINNEAU maire d’Archigny, monsieur Paul PUCHAUD maire de La Puye, madame Paulette COUSSOT, madame Michèle DEBAIN, monsieur Michel ROUX, monsieur Daniel CHAUCHE, monsieur Roland GAILLON et madame etc...
Pendant les balances des musiciens les décibels ont quelque peu gêné certains convives mais après cette nécessaire séance de mise au point, les musiques acadiennes, cajuns et québécoises ont accompagné le repas et, l'atmosphère acadienne s’est progressivement installée.


   Après le déjeuner et durant tout l'après-midi, le stand des crêpes a été dévalisé : plus de 600 crêpes et tous les gâteaux confectionnés ont été vendus par nos crêpières à qui il a manqué de la pâte pour satisfaire les derniers gourmands. Il faut dire qu'elles sont bonnes leurs crêpes ! et qu'elles se donnent du mal Anne-Marie, Paulette et Jacqueline, transpirant devant leur poêle. Merci à Jacques et Guylaine ROY qui nous ont offert, cette année encore, des broyés du Poitou qui complètent notre rayon gourmandises.
Le chamboule-tout, la pêche à la ligne, le poids du jambon, la longueur de la ficelle de bouteille de Pastis, les enveloppes gagnantes, la vente des livres... tous les stands ont fonctionné à plein régime à la satisfaction des joueurs et surtout des gagnants.
Il serait injuste de ne pas mentionner le bar qui a su étancher toutes les soifs.


   Le stand de généalogie était tenu par Roger et François ROUX ainsi que par Claude MASSE. Ils ont encore beaucoup travaillé pour renseigner tous les curieux sur leur descendance des Acadiens de nos fermes. Le Cercle Généalogique Poitevin était présent avec l’ami Jean METAIS.

   Il est à noter que dès 10h30, les premiers visiteurs sont arrivés et ont commencé à acheter des enveloppes et des tickets repas.
Cette année dans le cadre des 400 ans de Québec, les Cousins avaient monté un stand relatant les événements qui se sont déroulés à La Rochelle début mai, ainsi que les activités de l’association. Ce stand a été largement fréquenté par le public.
Certains sont venus de loin : des Acadiens et des Québécois se sont présentés aux stands et ont reçu le diplôme de Citoyen d’Honneur de la commune d’Archigny.

Le Spectacle


En préambule au spectacle le président a tenu à rappeler qu’en cette année, du 400ème anniversaire de la ville de Québec, Samuel de CHAMPLAIN, homme d’exception, méritait grandement d’être honoré pour tout ce qu’il a fait en Nouvelle France. Mais n’oublions pas cet autre homme d’exception qu’était Pierre DUGUA de MONS, fondateur de l’Acadie qui ayant choisi comme lieutenant Samuel de CHAMPLAIN en 1804, lui demanda en 1808 de fonder une nouvelle habitation sur le Saint-Laurent.
Québec est le fruit d’une double paternité DUGUA de MONS en tant que concepteur et CHAMPLAIN en tant que réalisateur.
Et maintenant place à la musique
Deux groupe avaient comme objectif l’animation de l’après midi :
Le groupe musical québécois « Les Tireux d’Roches » fondé en 1998 est issu de la Région de Mauricie au Québec. Ils explorent les sonorités laissant libre cours à une expression nouvelle inspirée par le folklore traditionnel québécois. Conteurs-musiciens-chansonniers, ils ensorcellent l’audience de leurs compositions, aux rythmes endiablés, faites de voix, violoncelle, bouzouki, saxophone, accordéon, pieds, flûte et harmonica.

Le groupe est composé de Denis Massé, Dominik Lemieux, Mario Giroux, Francis Roberge, Luc Murphy et Pascal Veillette.

Le groupe musical poitevin « Les Dièses » .chansons françaises et chansons .du monde.
Le groupe des Dièses, souvent en marge du circuit classique, s’est construit au fil de ses nombreux voyages. Ces artisans-migrateurs vous ouvrent sur scène leur carnet de voyage avec humour et énergie.
Les musiques sont teintées d’accents celtiques, manouches, cajuns…de rythmes slaves ou andalous…un peu folk…un peu rock.


  Les musiciens : Didier Dubreuil : auteur, chant, guitare, percussion, Zito Barret : compositeur, Anicet Debien, Karl Lairet, et Alex Gautron.


Ces deux groupes terminaient une tournée commune dans notre région et nombre des spectateurs présents les avaient déjà vus et entendus à Châtellerault, à Chauvigny ou ailleurs et enchantés de cette première expérience avaient souhaité la renouveler.
Ce fut un concert exceptionnel, nous avons chanté avec eux, certains ont dansé et à la fin du concert, les spectateurs debout en redemandaient. Ceux qui ne dansaient pas, frappaient dans leurs mains, l’ambiance était à son zénith.

CONCLUSION
Ce quinze août restera dans les mémoires c’est le plus important et le plus réussi de ceux que nous organisons depuis 25 ans. Environ 3000 personnes sont passées ce jour à La Ferme Musée.
Quelle belle fête pleine de bonheur, d'amitié, de chants et de danses.

Les autres photos.....  Voir l'album

Les clips vidéo ..... télécharger le clip 01

                                   télécharger le clip 02

   Merci à vous tous qui êtes venus nous récompenser le travail fourni pour la mise en place de cette journée. Merci aux fidèles, merci à ceux qui ne connaissaient pas et sont restés, merci à ceux qui reviendront l'année prochaine. Car grâce à vous tous il y aura encore des 15 août acadiens au musée de Huit Maisons à Archigny.
Nous tenons à remercier à nouveaux tous les participants qui grâce à leur apport ont permis une pleine réussite de notre manifestation 


Merci à : Claude Mortaud pour le prêt du parking, Graziella Savigny, Joël Baudeau et Alexandre Pinneau pour la sécurité. A la mairie : Catherine, Laurent et Sébastien. Et un remerciement très spécial pour l'équipe technique de la commune qui, encore une fois, nous a été d'une aide importante.


Merci à tous les membres de l'association :Annie, Michel et Alix, Geneviève et Raymond, Claude et Roselyne , Claude Massé, Viviane, Annick et Bernard Echevard, Anne-Marie, Paulette et Adrien, Jacqueline et Gérard, Monique et Serge, Marie-Marcelle et Paul, Violette, Roselyne et Lucien.


Merci à Françoise, à Jean Métais, à Jean Paul Tranchant et à son épouse, à Gérard Guyonneau et à Jean Pierre Chaussebourg
Et pardon pour les oublié(e)s.


Merci aux instances qui nous ont apporté un concours financier : Le Conseil Général, le Conseil Régional, La Communauté d’Agglomération du Pays Châtelleraudais.


Merci aux médias pour leurs publicités : Centre Presse, La NR, France Bleu Poitou, Les Radios Locales, Le Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou
A l'année prochaine !


2009 sera l’année du Congrès Mondial Acadien à Caraquet.

Site : http://www.cma2009.ca
Lucien Germe, secrétaire

Retour au journal - Retour à la page d'accueil