Accueil

Journal
Les carbonates du Poitou
du 21/02/2014
par Michel MARASSE
 Histoire et Patrimoine d' Archigny - 65 articles  

Notre sol archignois, argilo-calcaire, présente en plusieurs endroits de la commune des carrières d’où fut extraite la marne, amendement pour le sol. La marne, aussi nommée pierre de France, est une roche sédimentaire contenant du calcaire (35 %) et de l’argile (65 %).

Au XVIe siècle le lieu-dit la Marnière fut exploité par les moines de l’abbaye de l’Etoile, qui en étaient propriétaires, pour régénérer les sols en culture.
Bordant la route qui va de Chavard à Chauvigny, face au lieu-dit les Grandes-Fontaines, une marnière à la blancheur crayeuse se découpe, entamant le coteau.
Monsieur PASSONI, propriétaire du site et de l’entreprise Les Carbonates du Poitou, commence l’exploitation au début de l’année 1957. Le démarchage auprès des agriculteurs est effectué par monsieur BERLAUD, grainetier à Chauvigny.

Au début de 1957 six personnes sont employées à cette marnière dont Michel Fiot et Roland Glain. Les explosifs destinés à détacher les gros blocs de sédiment sont placés par M. Passoni lui-même. Puis, après extraction, les ouvriers les transportent, à l’aide d’une brouette mécanique, jusqu’en bas du coteau où une chaîne à godets alimente un énorme broyeur.

Le résultat du broyage est chargé dans des camions contenant chacun 10 tonnes du matériau. Cinq camions par jour effectuent les livraisons chez les agriculteurs, soit une production quotidienne de 50 tonnes. Le chauffeur principal est Gérard Dubois habitant à la Nivoire. En cas de demande plus importante, il est fait appel à la société Bonnefoy pour le transport supplémentaire.

La marne livrée est épandue à la pelle par les agriculteurs, la granulométrie du produit ne permettant pas de la déverser à l’aide d’un épandeur.
Les Carbonates du Poitou étant subventionnés par l’État, M. Passoni peut se permettre de vendre le carbonate à un prix concurrentiel. Mais lors de l’arrêt de ces subventions il a fallu augmenter les prix et la demande n’a pas suivi. Ajouté à cela, le même produit, réduit en une poudre plus fine qui peut être utilisée en épandeur mécanique, est désormais vendu en sacs, système beaucoup plus pratique pour les agriculteurs.

Les Carbonates du Poitou ferment leurs portes le 1er juin 1963, arrêtant les explosifs et le concasseur. Monsieur Passoni décède peu de temps après.
Pour plusieurs ouvriers désormais sans travail, la Laiterie d’Archigny sera fournisseur d’emploi.

Nous remercions Roland Glain qui a bien voulu nous décrire l’activité de la marnière. Il y a travaillé du 1er décembre 1957 au 30 juin 1958, puis après un arrêt pour raison familiale, il a repris son emploi du 1er octobre 1961 jusqu’au 31 mai 1963 dernier jour de travail avant la fermeture.

Françoise Glain

21/02/2014
Retour au journal - Retour à la page d'accueil