Accueil

Journal
Motte castrale de Bois-Vert à Chenevelles
du 29/10/2015
 Histoire et Patrimoine d' Archigny - 65 articles  

le 14 octobre 2015

Lors de la conférence sur l’archéologie du 20 septembre, notre archéologue, Alain Ollivier, avait présenté une photo aérienne d’une motte castrale située à Chenevelles.

La reconstitution d’une motte identique a été faite à Saint-Sylvain-d’Anjou.

reconstitution du château à motte à Saint-Sylvain-d’Anjou

À tire d’aile d’avion, il avait remarqué cette motte qui, dans les ouvrages, a sa place au milieu des châteaux romans des Xe –XIIe siècles et en avait fait la première photo aérienne le 6 juillet 1988.

Notre adhérente, Pascale, a immédiatement reconnu l’endroit où, enfant, elle jouait à « passer le gué » au-dessus des douves remplies d’eau, la parcelle où est située cette motte appartenant à ses parents.

Le monde est petit… mais les cœurs sont grands ouverts, et invitation nous a été faite d’aller constater l’état du lieu.

Dominique a profité de cette sortie pour nous faire découvrir deux beaux endroits sur le chemin menant à Bois-Vert.

Nous faisons un premier arrêt à « La Fond », magnifique propriété malheureusement à l’abandon, appartenant à la famille d’Argence. Et nous rêvons et délirons sur ce que nous pourrions en faire…

le château de La Fond

Après avoir suivi une belle allée dans un superbe sous-bois nous arrivons près du château du « Soucy », belle propriété privée habitée. Un très beau plan d’eau et des arbres séculaires ajoutent au calme du lieu.

Cet ancien fief dénommé la « maison du Soucy » apparaît dans les écrits vers le milieu du XVIe siècle et dépendait de la baronnie de Monthoiron. En était alors propriétaire la famille Lucas qui avait des possessions également dans la commune d’Archigny à Vangueil et à la Talbardière. La famille Lucas fut aussi, un temps, propriétaire de l’hôtel Alaman à Châtellerault. Lui succéda René Dargence, écuyer, seigneur du Soucy, de La Fond et des Aulges. Au XIXe siècle, la propriété passa à Jean-Baptiste-Hilaire Gaborit de Montjou. Par mariage avec Marie Gaborit de Montjou, le domaine revint à Barthélémy de Lombard de Génébral et resta dans cette famille jusqu’au milieu du siècle suivant. L’ancienneté de la seigneurie est attestée mais la demeure serait du XIXe s.

le château du Soucy

Admiration de la propriété

Le lieu de notre rendez-vous s’appelle « les Douves », plus localement « les Doues » le v ayant été éludé par habitude qu’ont les Poitevins de ne pas prononcer toutes les syllabes… ou de ne pas écouter les fins de mots.

La motte médiévale, ou castrale, de Bois-Vert à Chenevelles, dans l’ignorance de son origine, n’a pas été entretenue. Mais elle n’a pas été totalement détruite non plus. Il y a quelques décennies, après avoir été le terrain de jeu des enfants, un jardin potager a été planté là où au Xe ou XIe siècle devait s’élever un bâtiment en bois. Le cône de terre, généralement d’une hauteur de 4 à 15 mètres, était constitué d’environ 5 000 m3 de terre et sa base était habituellement de trente mètre. Celle de Bois-Vert, qui mesure actuellement 50 m de diamètre, était donc imposante.

On distingue très bien le cercle de base de la motte arasée par le temps. Les fossés, vides en saison sèche, pleins lors des pluies, existent toujours, enfouis sous les arbres et les ronces. Leur largeur d’environ 3 m et leur profondeur d’approximativement 1 m 20, dix siècles plus tard, laissent imaginer des dimensions d’origine plus importantes.

Une tour de bois était emmottée sur le sommet, souvent entourée d'une palissade. Les mottes étaient des lieux soit défensifs, soit militaires, soit seigneuriaux.

Le château à motte possédait une basse-cour, bâtiments nécessaires à la vie du château. Les premières bâtisses de Bois-Vert, très proches de la motte, représentaient-elles cette basse-cour ? Tout cet espace était délimité par une enceinte reliée à la motte qui dominait.

La motte de Bois-Vert était-elle une défense contre les invasions normandes ? Possible… un village, nommé Normandon, aujourd’hui disparu, a existé proche de cet endroit et nous en cherchons l’origine.

Imaginons ce donjon ou château, perché sur sa haute butte de terre, entouré de profonds fossés… Il a fallu 20 jours à 100 hommes ou 30 jours à 30 hommes corvéables pour creuser les fossés, entasser la terre, préparer le bois pour les planches, monter le donjon et la palissade…

la motte castrale de Bois-Vert à Chenevelles le 06/07/1988                                                              la motte castrale de Bois-Vert en 2015

les fossés ou douves, du bas des fossés on peut remarquer encore une légère surélévation du tertre médiéval.

discussion au sommet !

Il serait intéressant, avec l’accord des propriétaires, de niveler le terrain central, de couper les arbustes du bord intérieur des fossés, de nettoyer les douves des arbres morts…

En bordure de la motte, deux grands chênes centenaires, les pieds dans l’eau des douves, veillent.

un grand beau chêne

lecture du plan parcellaire

Une merveilleuse rencontre avec le passé, avec du rêve pour certains, des envies pour d’autres, des projets peut-être… la suite a été agrémentée de petits gâteaux et de jus de fruits au domicile des propriétaires que nous remercions vivement.

la propriétaire heureuse de cet intérêt porté aux « Doues »

un accueil chaleureux.                                                                                                                     la motte sur l’ordinateur d’Alain

Françoise Glain

 

 

 

 

Retour au journal - Retour à la page d'accueil