Accueil

Journal
Espalion le 3 octobre 2015
du 03/11/2015
 Voyages en France - 42 articles  

Espalion s'est développé sur les deux rives du Lot au centre d'un vallon dominé par les monts d'Aubrac au nord et les plateaux du Causse au sud. Partez à la découverte de notre petite cité, autrefois fortifiée, blottie au pied de l'imposant château fort des seigneurs de Calmont. Ses vieilles maisons baignant dans les eaux de la rivière, entre le Vieux Palais et le Pont Vieux avec le clocher d'Alayrac se profilant à l'horizon, composent l'image emblématique de la ville.

Le Vieux Palais de style Renaissance fut palais de justice au XIX e siècle. Il a été bâti en 1572 par les soins de '' noble Bernardin de la Valette '' chargé par les consuls de la défense d'Espalion durant les guerres de Religion.

Dressé sur un éperon rocheux, face au Lot, il combine très bien la robustesse de sa tour du nord et la finesse de la tourelle d'angle donnant sur le Foirail . Celle-ci bâtie en pierres de taille, en encorbellement, sous un toit en poivrière, s'orne d'un cul-de-lampe richement sculpté où se dessine une frise en '' onde ''du plus bel effet.

Au niveau supérieur, elle est flanquée d'une petite loggia. Des fenêtres à meneaux ou à traverses animent la façade sur les trois niveaux que soulignent des cordons saillants. Mise à la disposition de l'association pour la renaissance du Vieux Palais, cette pittoresque demeure a été aménagée en résidence d'artistes.

Le Pont Vieux est le monument le plus ancien de la ville. Édifice actuel bâti en '' dos d’âne '', à quatre arches de grès rose. Ce pont a été longtemps doté de trois tours et de boutiques disposées en encorbellement de chaque coté.

Durant les guerres de Religion un pont-levis se substitua à la dernière arche, rive droite. Au début du XVIII e siècle, les tours et les boutiques furent abattues et le pont-levis remplacé par une arche en plein-ceintre. Il a été classé monument historique en 1888.

marquage au sol à l'entrée du pont

Le Vieux Palais depuis le Pont Vieux....

Sur la rive droite du Lot, entre les deux ponts et jusqu'à la chaussée d'un moulin aujourd'hui disparu, s'alignent avec leur balcon de bois en encorbellement et leurs toits pointus, les anciennes tanneries ou '' calquières ''. A leur base, de larges pierres plates formant saillie sont appelées ''gandouliers '', elles étaient destinées au lavage des peaux pour la préparation des cuirs. Leur disposition en escalier permettait l'immersion des peaux quel que soit le niveau de l'eau.

Durant des siècles et jusqu'à la Première Guerre mondiale, les calquières ont abrité l'industrie la plus prospère d'Espalion.

La Chapelle des Ursulines appartenait à un vaste ensemble. Sa construction débutée en 1656 ne fut achevée qu'en 1674. Lors de sa démolition en 1968 seules les pierres du grand portail ont été conservées. Elles ont été remontées en 2001, sur la rive gauche, à l'entrée du foirail, rue Saint-Joseph. Les quatre colonnes à chapiteaux corinthiens encadraient les niches des statues de Sainte Ursuline et Saint Augustin '' disparues '' au XX e siècle. Au-dessus du linteau figure le blason sculpté des seigneurs de Calmont fondateurs du couvent.Le fronton brisé encadrait une statue de la Vierge. La destruction de cette chapelle est d'autant plus regrettable qu'elle constituait l'un des rares témoignages du style classique en Rouergue du XVIII e siècle.

Comme dans beaucoup de ville.... des emplacements de boutiques sont à louer

Un bel orage nous a fait abréger la balade dans la ville.

textes du guide de visite au pays d'Espalion édité par l'Office de Tourisme

 

 

Retour au journal - Retour à la page d'accueil