Accueil

Journal
1914 - 1918, La Grande Guerre
du 26/12/2016
 Histoire et Patrimoine d' Archigny - 49 articles  

Notre ouvrage a été remis aux souscripteurs le jeudi 22 décembre 2016. Pour notre plus grand plaisir, plus de 300 personnes ont envahi la salle, 224 d’entre elles venant faire dédicacer leur livre au Collectif au complet.

À ce jour, et depuis le 22, nous avons vendu, hors souscription, 14 ouvrages. Il n’en reste donc plus que 12 !

Les points vente sont les suivants :

Rassurez-vous, nous pourrons en faire rééditer en fonction des commandes.

Prix du livre hors souscription : 25 € + si besoin d’envoi postal 8.50 € pour frais de port et d’emballage.

Chèque libellé à l’ordre d’Histoire et Patrimoine d’Archigny (ou HPA)

Françoise Glain

Présidente d’Histoire et Patrimoine d’Archigny.

 

 

 

 

Préface

La Grande Guerre ! C’est sous ce vocable que nos parents désignaient ce qui pour nous est devenu la Première Guerre mondiale, un moment de notre histoire. Mais la Grande Guerre c’est autre chose, c’est un moment unique, un bouleversement total. C’est l’évocation de l’horreur indicible des tranchées, mais aussi des privations et d’un travail harassant pour ceux « de l’arrière » et surtout les femmes dont les maris sont aux armées et trop souvent disparus ou mutilés. C’est un brassage de populations, l’arrivée d’émigrés, de travailleurs coloniaux, de blessés de toutes les régions, de prisonniers allemands, alors que les hommes mobilisés découvrent une autre partie de la France et même, pour quelques-uns, l’Allemagne.

Mais c’est aussi une mobilisation générale de toutes les énergies, y compris dans les écoles, c’est un immense dévouement pour ces blessés et malades innombrables qui peuplent les hôpitaux ouverts jusque dans les moindres villages.

C’est une transition extraordinaire, le village recomposé, le début de l’émancipation des femmes et brusquement la généralisation des activités qui nous sont devenues familières : l’automobile, l’aviation, la radio, le sport. C’est pour tout dire le début de la France du XXe siècle qui nous est si familière et qui pour une grande part est née de cet épouvantable conflit.

Archigny, bourg paisible du plateau entre Vienne et Gartempe, a connu ce traumatisme comme tous les villages de France. Toutes les familles ont souffert dans leur chair et toutes les activités ont été bouleversées. Plus des deux tiers des mobilisés du village étaient agriculteurs et rejoignirent l’infanterie, reine des batailles, mais aussi, pour cette guerre, pourvoyeuse des hôpitaux et des cimetières.

Avec la participation d’une équipe d’habitants passionnés et enthousiastes, Françoise Glain a reconstitué la vie du village, de ses habitants et de ses institutions, publiques et privées, depuis l’avant-guerre jusqu’à la reconstruction. Plus qu’une évocation, c’est une véritable restitution que propose cet ouvrage.

La mobilisation a éclaté les familles. Hommes et femmes ont poursuivi des vies parallèles qui nous sont restituées. Les hommes n’étaient pas seulement au front, dans les tranchées, ils vivaient dans la zone des armées ou à l’arrière, certains furent prisonniers, et les camps en Allemagne sont également décrits et rendus familiers. Les dossiers réunis pour plusieurs de ces combattants sont de véritables romans vécus. Quant aux femmes, c’est la vie de tous les jours, notamment de toutes ces agricultrices, qui est décrite, avec tous les soucis domestiques, les aléas de la météo…Les grands problèmes de l’époque, les pénuries, dont parlent les journaux, se retrouvent ici au niveau du quotidien de chaque ménage.

Et les enfants, que pensent-ils, comment réagissent-ils, comment la famille et l’école peuvent-ils prendre en compte les problèmes de l’enfance dans cette époque troublée ? Ils étaient si nombreux dans les écoles du bourg et des hameaux ! Et certains eurent le temps de passer des bancs de l’école aux tranchées.

Il est rare que les problèmes du quotidien liés à la poste, au téléphone, au ravitaillement, soient ainsi évoqués au niveau du village et de ses hameaux.

Françoise Glain et ses collaborateurs ont utilisé toutes les archives disponibles au plan national comme au plan local, avec une extrême exigence, comme par exemple l’étude systématique des fichiers matricule pour n’oublier aucun combattant. Les souvenirs familiaux, lettres, cartes postales, photographies, carnets de campagne, récits oraux, complètent cette documentation.

La mémoire est ainsi sauvegardée. Les habitants d’Archigny disposent d’une véritable somme de renseignements sur leur village en 1914-1918, mais également du récit à la fois simple et émouvant de l’extraordinaire aventure de la Grande Guerre vécue par leurs aïeux.

Pierre Bugnet, Professeur des Universités honoraire, ancien président du CCHA

 

Ce livre a été élaboré par le collectif d’Histoire et Patrimoine d’Archigny

Nous ne sommes pas des historiens, seulement des chercheurs en Histoire. Notre association, Histoire et Patrimoine d’Archigny, avait donc l’intention de faire un petit travail de mémoire sur notre village. Au fur et à mesure des recherches l’intérêt était grandissant et les découvertes d’informations se sont accumulées jusqu’à former le présent ouvrage.

Nos travaux ont porté sur la vie d’Archigny d’avant, pendant et après la guerre, mais les années les plus documentées vont, bien sûr, de 1914 à 1919.

Nous avons travaillé sur les militaires et sur les civils pendant cette triste période.

Pour les poilus, nous pensons être au plus près du nombre d’hommes partis du village, mais cette énumération n’est certainement pas exhaustive. En effet, le seul moyen en notre possession pour lister les hommes mobilisés revenus à Archigny a été le pointage des fiches des registres matricules, de la plus vieille année de classe, 1887, à 1919, soit 59 400 fiches sur lesquelles il fallait repérer, écrit en tout petit, « Archigny ». Que les familles de ceux que nous aurions pu oublier nous excusent.

Pour les hommes décédés, nous avions, malheureusement, des noms et des dates permettant des recherches exactes.

La partie civile comprend la vie sociale et le travail des femmes, puis la vie au village.

Le but de cet ouvrage est de transmettre l’histoire des Archignois pendant cette difficile période où les hommes, pensant partir faire une guerre de quelques mois, ont donné 5 ans de leur vie, la perdant pour certains, et où les femmes ont montré à la France de quel courage extraordinaire elles étaient capables, sans en avoir de remerciements.

Nous avons eu la chance d’avoir quelques témoignages, parler de la guerre dans les familles ne se faisait pas. Pour la vie des femmes, des souvenirs nous ont permis d’améliorer notre description de leur vie difficile.

Les lieux cités dans cet ouvrage et dont le département n’est pas indiqué sont situés dans la Vienne.

Nous espérons contribuer à éviter l’oubli de ce bouleversement de la vie de notre village.

 

Sommaire

PRÉFACE

AVANT-PROPOS

INTRODUCTION

LES HOMMES D’ARCHIGNY

Les longues années - D’Archigny mais habitant hors commune - Les fratries en guerre -

Qui sont les poilus d’Archigny)

LES HOMMES D’ARCHIGNY

LES FEMMES D’ARCHIGNY

AUTOUR DE LA GUERRE

REMERCIEMENTS

SOURCES

 

 

Retour au journal - Retour à la page d'accueil