Accueil

Journal
Agenda des Manifestations
du 04/04/2020
 Histoire et Patrimoine d' Archigny - 84 articles  

 

Animations permanentes

 

Nous pouvons organiser, à la demande, sur rendez-vous :

Prévoir minimum une heure.

Soit une matinée : randonnée.

Soit une journée : randonnée + repas (réservé par le groupe) + visite commentée d’un patrimoine communal.

Un restaurant dans le village propose de très bons repas à des prix très abordables.

Pas de prix d’engagement mais nous proposons nos livres à la vente.

Thèmes de randonnées possibles (évaluations exactes de durée et difficulté en cours) : Gouffres, exsurgences et fontaines - Carrières et tuileries - Tumuli, légendes et mystères

- Gouffres et place fortifiée dans l'Ozon - L'eau dans les villages de la vallée de l'Ozon  -  Calvaires et églises -   Fosses d'extraction et fours de l'ancienne Tuilerie  etc...      

 

Tél.    05 49 85 31 20      (J.-C. Cardinaux)

Ou    contact@hp-archigny.fr

 

 

Animations ponctuelles

 

 

L’épidémie de coronavirus ne nous permet pas d’envisager d’animations pour l’instant.

Toutefois, l’une était prévue, en espérant que tout rentrera dans l’ordre d’ici là.

 

Les églises accueillantes : dimanche 1er août 2020 de 14 h à 18 h..

Sont normalement prévus, en attente de confirmation :

Visite commentée de l’église par JC. Cardinaux et F. Glain.

 

Lire l'article de l'Eglise Saint Georges accueillante le 28 août 2019  ---------- >  ICI

 

 

 

Message de nos cloches Rosalie et Bernard d’Archigny, du 29 mars 2020 (transmis par J-CC)

 

Nous sonnerons pour vous !

C’est décidé ! Avec Bernard nous nous sommes mis d’accord. Lui, il avait l’habitude de sonner pour appeler les moines de l’Abbaye de l’Etoile à partager les repas et depuis,

de temps en temps, il me donne un coup de main. Moi, Rosalie, je suis bien plus jeune et vigoureuse, aussi vous m’entendez deux fois par jour.

C’est moi qui sonne l’angélus. En tout bien tout honneur, nous sommes en colocation en haut de votre clocher et nous aussi un peu confinés.

Nous avons réfléchi et décidé de CARILLONNER ENSEMBLE TOUS LES MERCREDIS A 20 H, c’est-à-dire de sonner à toute volée, 

POUR VOUS DIRE QU’AVEC VOUS TOUS, NOUS SOMMES UNE GRANDE FAMILLE.

Autrefois nous étions les seuls moyens de communiquer et partager, avec les autres, les grands événements de la vie de notre commune, les mariages, les décès,

l’appel à la prière, l’appel à l’aide pour les incendies, etc...

Là, si vous n’êtes pas devant votre télé pour entendre pour la millième fois la même chose déprimante,

ce sera tout simplement un grand moment de partage et d’amitié entre tous ceux qui nous écouteront.

A toute volée, nous porterons un MERCI

Oui, un grand merci, comme le 25 mars, à tous ceux qui, au péril de leur vie, se dévouent pour soigner les malades, pour s’occuper des anciens.

Merci à ceux qui prennent des risques pour que tous puissent manger et survivre au mieux dans cette période qui va devenir de plus en plus difficile.

Merci à ceux qui pensent à leurs voisins, aux personnes isolées, aux malades et à ceux qui n’ont pas le moral et les appellent pour s’inquiéter de leur santé.

A toute volée, nous exprimerons, pour vous, NOTRE AMITIE ET NOS PENSEES

Toute notre amitié et nos pensées aux personnes seules, aux malades, à ceux qui souffrent, à ceux qui ont peur pour eux ou pour leur famille,

à ceux qui ont peur mais vont quand même au travail, à ceux qui ont du mal à vivre confinés, à ceux qui font des efforts pour supporter les autres.

A toute volée, nous affirmerons que, malgré tout, LA VIE A UN SENS

Pour ceux qui n’ont pas oublié que nous sommes dans une église, ce pourra être un temps où chacun pourra réfléchir au sens de sa vie, à la précarité de l’existence,

à la chance qu’il a, malgré tout, de pouvoir nous entendre et pourquoi-pas, vivre un cœur à cœur avec l’Eternel.

Confiance, prières et confinement pour que vive l’espérance.

Carillonnement vôtre.

Bernard et Rosalie

 

Message de Rosalie et Bernard, (les deux cloches d’Archigny), du 3 avril 2020 (transmis par J-CC)

Nous nous sommes disputés, Bernard et moi, Rosalie.

Comme toutes les cloches, nous avons du battant (le battant de cloche évidemment) et la volée (sonneries à la volée) ça nous connait.

Heureusement, si nous faisons chambre commune (la chambre des cloches), deux mètres au moins nous séparent.

(A tout hasard, je mets des commentaires pour les cerveaux qui seraient devenus confinés !).

Bon, nous nous sommes disputés, sans nous battre, non pas sur nos sonneries du mercredi soir 20H.

Là, nous sommes d’accord pour saluer tous les mercredis, tant que durera ce confinement, ceux qui travaillent pour tous et ceux qui souffrent loin de tous.

Nous nous sommes disputés pour la semaine sainte. Un comble !

Voilà l’histoire :

 Les Rameaux, c’est dimanche. A Archigny, autrefois, tout le monde se rassemblait à l’église le jour des Rameaux pour acclamer le Christ.

Dans la foulée, on allait se recueillir sur la tombe des disparus et y déposer un bouquet de buis. Aujourd’hui, même les buis sont malades.

Mais, malgré les scrupules liés à la rigueur monastique de Bernard, nous nous sommes mis d’accord pour carillonner le jour des Rameux à 11H.

Nous voulons, par-là dire notre espérance en un jour meilleur et signifier toute notre amitié et notre compassion pour tous ceux qui, loin de leur famille,

ont vécu et vivent leurs dernières heures sur terre. Moments terribles de solitude.

Solitude comme le Christ, acclamé le jour des Rameaux et abandonné de tous, et condamné à mort une semaine plus tard, par peur.

Peur du pouvoir politique de l’époque, peur de la contamination aujourd’hui.

Même déchirement pour franchir l’ultime étape de la vie à l’après, sans une main secourable pour aider à faire le dernier pas.

Alors, oui nous carillonnerons de concert à 11h.

Et mercredi, comme d’habitude, nous sonnerons en hommage au courage de tous ceux qui travaillent, malgré les risques, pour nous tous.

Pour le jeudi saint et le vendredi saint, notre belle entente a éclaté.

Les années précédentes, ces jours-là, pour commémorer la passion du Christ, avec toutes les autres cloches, nous devenions silencieuses.

On disait dans les chaumières : « les cloches sont parties à Rome ». Avec le confinement et les frontières fermées, cette année personne n’y croirait.

Et puis, l’Italie n’est pas conseillée…Alors moi, j’aurais aimé qu’à 15h, le vendredi saint, en mémoire de la mort de Jésus sur la croix, nous sonnions le glas à l’ancienne.

En entendant ce battement lent, régulier, sinistre, chacun aurait pu faire mémoire de cette mort mais aussi penser à tous ceux qui, en ces jours, agonisent sur leur lit d’hôpital,

en maison de retraite ou chez eux, souvent dans une solitude totale. Mais le glas, c’est le rôle de Bernard.

Il n’a pas voulu. Rien à faire ! « Ce n’est pas l’habitude, on va faire peur aux gens, ce n’est pas la fin du monde, je suis trop vieux pour innover, etc… on n’a pas de consigne… »

mais là, en terme de consignes, le silence est assourdissant.

Alors, ce vendredi après-midi, quand certains revivront le chemin de croix de Jésus, en silence, nous serons tous unis autour de ceux qui souffrent.

Nous aurons une pensée particulière pour ceux qui vont nous quitter dans la solitude, ceux qui sont à leurs côtés ne pouvant l’impossible et leur famille

ne pouvant les accompagner. Pour eux aussi c’est l’horreur.

Et pour Pâques !! Nous serons là ! à 11h, de concert, vous allez nous entendre !

Chez les Orthodoxes, ce jour-là, pour se saluer, on ne se dit pas bonjour, on se dit « Christ est ressuscité ».

Vous direz ce que vous voudrez, à un mètre de distance, bien sûr : Mais Pâques, c’est la fête de la VIE, du RENOUVEAU, de la RESURRECTION : ça se célèbre,

même avec des produits de première nécessité.

Confiance, prières et confinement pour que vive l’espérance

Carillonnement vôtre.

 

Retour au journal - Retour à la page d'accueil