Accueil

Journal
Dîner dansant des Cousins Acadiens
du 01/12/2006
par Michel MARASSE
 Les Cousins Acadiens - 102 articles  

salle de l'Angelarde le 21 octobre 2006


Vendredi 20 octobre. Comme toutes les veilles de grand jour, il y a eu une activité intense au complexe culturel de l'Angelarde à Châtellerault. Chacun, en fonction de ses possibilités et de sa disponibilité, a mis la main à la pâte. Certains sont allés chercher le vin pour le ranger et le préparer au bar, d'autres ont mis en place la cafetière, d'autres ont dressé les tables, plié et disposé les serviettes. On a cueilli les dernières fleurs du jardin, mouillées de la pluie de plusieurs jours, et fait des bouquets du mieux que l'on a pu. Ceux qui n'ont pas le vertige ont escaladé les grandes échelles dressées le long des balcons pour décorer la salle de drapeaux acadiens. A midi on a fait une pause pour aller déjeuner tous ensemble au restaurant du Mail, pas trop loin de la salle pour être rapidement à pied d'oeuvre. De retour, on a mis en place la billetterie des boissons, fait les dernières retouches à la décoration, disposé les numéros de tables. Puis tout le monde est reparti en faisant un dernier petit point dans sa tête, espérant n'avoir rien oublié.

Samedi 21 octobre. 19 H. Tout le monde est là, un rien fébrile, un peu angoissé, légèrement surexcité, pas encore vraiment énervé mais ça va certainement venir. Comment faire autrement lorsqu'on doit recevoir 370 personnes et que l'on souhaite que tout se passe bien.

Samedi 21 octobre. 21 H. Les invités arrivent. La majorité d'entre eux a déjà ses billets et tous sont pris en charge par les chefs de groupes. Ils sont dirigés vers leur table, on leur souhaite la bienvenue et, avec le sourire, on leur promet une bonne soirée. A l'accueil, on délivre les derniers billets, on informe du numéro de table, on indique les hôtesses qui sauront accueillir aimablement. Cette année deux personnalités ont bien voulu nous honorer de leur présence et nous les en remercions : bienvenue à monsieur Barc, conseiller général, et à monsieur Pinneau maire d'Archigny.



 

 


Grande salle, lumière tamisée, décoration fleurie, chanteuse accompagnée d'un slow... on se retrouve pour l'apéritif, on parle presque bas pour ne pas flétrir cette merveilleuse ambiance feutrée. Puis le service du repas commence vers 21 H 30. Les serveurs professionnels sont assistés par nos jeunes acadiennes qui assurent un très bon suivi du service. Pas d'attente, pas de plat refroidi, pas de pain qui manque, tout est fait pour que le repas puisse être apprécié à la hauteur de sa qualité. Tout le monde est satisfait, de l'entrée au dessert, en passant par les vins.








Puis l'orchestre de Pascal Loubersac change de tempo et rallume les éclairages. Réveillez-vous bonnes gens, vous êtes là pour danser et c'est l'heure ! Rock, Madison, valse musette, tango... tous les danseurs s'abandonnent au rythme des danses. Des danseurs et danseuses professionnels en habits de démonstration font partie des invités et leur évolution sur la piste attire les regards. « Qu'est-ce que j'aimerais danser le tango comme ça ! » souffle une belle à son voisin en admirant un cavalier et sa cavalière chavirer à la mode argentine. Et on danse, on trinque, discute entre amis et nouvelles connaissances, et redanse jusqu'à 3 heures du matin, heure à laquelle il faut bien se quitter malgré l'envie que chacun a de rester en si bonne compagnie.










Merci pour cette superbe soirée. C'était vraiment très très bien. Le repas était excellent, le vin délicieux, l'orchestre magnifique. On espère revenir l'année prochaine. Voilà la phrase entendue le plus souvent lorsque, passant la porte pour s'aventurer dans le froid du petit matin, nos invités nous ont salués pour rentrer au chaud en pensant au prochain bal des Cousins Acadiens du Poitou.



Le Président des Cousins Acadiens - Gérard Ardon

Et les Cousins Acadiens eux ??? Ravis d'avoir enchanté leurs invités, rassurés sur la réussite de la soirée, ils ont débarrassé les tables, rangé les verres et les bouteilles, et ils ont bâillé, bâillé, bâillé...
Merci de les laisser dormir un peu, ils ont besoin de se remettre de leurs émotions. Chuuut !!!

Dimanche 22 octobre. 4 H 30
Tu dors ?
Non, je pense à l'année prochaine...


Françoise GLAIN, secrétaire des Cousins Acadiens
Retour au journal - Retour à la page d'accueil