Accueil

Journal
Les Croix et Calvaires
du 09/02/2012
par Michel MARASSE
 Histoire et Patrimoine d' Archigny - 65 articles  

Il existait sur la commune d'Archigny, treize croix, dont cinq ont subi des restaurations. Celles en pierre sont très bien conservées et sont certainement très anciennes. On ignore cependant leur date d'implantation.

Certaines, non loin du bourg, donnaient lieu à des processions pour implorer quelques saints.

D'autres ont été plantées à la croisée des chemins, peut-être en commémoration de quelques événements. Ces derniers n'ont, jusque là, pas encore été éclaircis.

Une croix de mission était surtout installée pour pousser la population à prier.

On les plaçait dans des lieux assez fréquentés, comme celle située au carrefour menant à l'Abbaye de l' Etoile, pour que leur vue ravive l'esprit de piété des chrétiens.



Un exemple du travail de restauration effectué sur la croix du carrefour menant à l'Abbaye de l' Etoile.



Détail de la croix




Vue d'ensemble de cette croix situéeà coté de la ferme

Texte intégral de la page 106 du livre Le Petit Patrimoine Rural conçu et édité par Les Aînés Ruraux de la Vienne. ( Livre en vente à 20€ par la Fédération des Aînés Ruraux  tél = 05 49 24 10 ) Place de l' Europe 86240 Ligugé

Les photos de la page 107 sont de Michel Marasse ( contact@archigny.net )


D'autres croix situées sur la commune;



La croix Brouard route du Peu, bénédiction par le Père Jean Marie le 7 juillet 2002


La croix du calvaire

Bénédiction le 26 août 2007 par Ludovic Gault
Historique par Jean Dubois

    La croix du calvaire est d'origine fort ancienne.
La croix d'origine était placée plus au sud, au croisement du chemin d'Archigny à la Maison rouge avec le chemin Romain de Chatellerault à Montmorillon par la ligne de crête qui marquait et qui marque encore la limite de la paroisse d'Archigny.
La route actuelle de Bellefonds n'existait pas.


(Visage de Ludovic Gault retouché à sa demande, car il y a une utilisation de cette photo pour une tentative d'escroquerie )

    Son origine nous est inconnue.L'importance de son socle montre que c'était une croix en bois d'une grande hauteur.
Peut être date t'elle comme beaucoup de calvaires de nos campagnes, de l'époque de l'épidémie de peste de 1598, quand on érigeait des croix pour conjurer la maladie puis en signe d'action de grâce quand l'épidémie était passée.



(Visage de Ludovic Gault retouché à sa demande, car il y a une utilisation de cette photo pour une tentative d'escroquerie )

    Quoi qu'il en soit, la croix était en ruine en 1966.
Seul restait le socle en mauvais état, disparu dans les brousailles. A l'initiative
d'Etienne Guérin, elle a été remontée à l'emplacement actuel; Maurice Genet, maçon a refait le socle et Fernand Congourdeau , charpentier, a scié et monté les bois.
A cette époque l'Abbé Dubois, curé d'Archigny était malade, et il semble qu'elle n'ait jamais été bénie.



    Suite à la pourriture de son pied, elle menaçait de s'écrouler, il a été décidé l'an dernier de l'abattre et de remplacer les bois à l'identique.
   

La croix de la Jeunesse


Pas d'historique pour cette croix située route du Moulin de Vaux et du chemin des Hélardières.
Bénédiction le 26 août 2007 par Ludovic Gault

 





    La fabrication de ces deux croix a été réalisé par Michel Pasquier de l'Atelier Bois du
Foyer populaire, aidé par les employés communaux, Roland Glain et Jean Dubois, le financement par les dons de l'Association Etoile Saint Georges et de familles bienfaitrices.
Retour au journal - Retour à la page d'accueil