Accueil

Journal
Tourisme local le 23 Mars 2021
du 07/04/2021
 Voyages en France - 54 articles  

Château du Châtelier et Saint Rémy sur Creuse

Le château du Châtelier

 

source : http://chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-indre-loire-chateau-a-paulmy-chateau-chatelier.html

 

Sur un promontoire de forme ovoïde entouré par des douves en eau, fut élevé le donjon résidentiel du châtelier dans la deuxième moitié du XIIe siècle, éventré il conserve toute sa hauteur,

l'étage noble possède une latrine et les vestiges d'une cheminée, l'escalier en vis est disposé dans un éperon.

Le site est entouré par une enceinte à tours rondes pleines, percé par une tour porte carrée accessible par un pont dormant.

Cette enceinte est vraisemblablement contemporaine du donjon.

Au XVe siècle, la tour Sud adopte la forme d'un fer à cheval d'habitation et de défense.

L'enceinte est doublée entre le pont dormant et la tour porte carrée, par une enceinte aménagée d'archères canonnières avec pont levis charretier et piéton disparu.

Dans la seconde moitié du XVe et la première moitié du XVIe siècle, c'est peut être Jacques Vernon, seigneur du châtelier à partir de 1457, qui fait construire le nouveau logis,

soit l'aile Nord et le pavillon Nord de l'actuel logis.

Ce logis englobe une tour ronde de l'enceinte, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, François de la Noue, dit bras de fer est le maître d'ouvrage d'une plate forme d'artillerie en terrasse,

élevée sur des casemates et agrémentée par une échauguette sur trois trompes, l'accès s'y faisait par un pont-levis à bascule et une tour porte carrée défendue par des archères.

Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, le logis est agrandi par l'addition d'une aile et d'un pavillon qui lui sont accolés symétriquement au sud.

On construit la grange dite des protestants qui peut-être originairement un temple protestant, et une dépendance.

La cour était limitée au Sud par un bâtiment disparu, qui peut dater de cette époque, ces travaux ont pu être commandés par Benjamin de Pierre Buffière.

Des jardins et un parc à la française sont plantés au XVIIIe siècle, disparus aujourd'hui. Une importante restauration du logis à récemment été entreprise.

L'enceinte et les portes carrées de l'enceinte en pierre de taille. Le logis deuxième moitié XVe siècle à toit à longs pans et pignon découvert ; logis deuxième moitié XVIIe siècle,

grange dite des protestants (temple) et dépendance couverts d'un toit à longs pans et croupe ; tour d'escalier du logis polygonale avec escalier hors-oeuvre en vis sans jour ; tours

d'enceinte couvertes d'un toit conique ; logis et pavillon deuxième moitié XVe siècle à un étage carré et un étage en surcroît ; logis et pavillon deuxième moitié XVIIe siècle à un étage carré

; donjon à trois étages carrés ; casemates voûtées en berceau plein-cintre ; escalier du donjon dans l'oeuvre (éperon), en vis sans jour ; la dépendance et la tour en fer à cheval sont

couverts de tuile plate.

Éléments protégés MH : les douves,

les façades et les toitures de la grange: inscription par arrêté du 5 août 1963. Les vestiges du donjon et l'enceinte du XIIe siècle, les façades et les

toitures du grand logis: classement par arrêté du 14 décembre 1977.

 

Saint Rémy sur Creuse

 

Le village de Saint-Rémy-sur-Creuse est dominé par une imposante falaise de tuffeau, formée il y a 90 millions d'années.

Dans le front de cette falaise, sur plus de trois kilomètres, ont été creusées au cours des siècles des habitations troglodytes.

À l'origine, il s'agit de souterrains refuges de l'époque médiéval, de la période de la première guerre de 100 ans.

Puis ces souterrains ont été récupérés et agrandis pour être transformés en habitat à partir du XVIIe siècle.

Les conditions de vie dans un troglodyte étant très rude, il s'agissait d'habitations réservées aux populations pauvres et marginales.

Les autres habitants du village se sont donc aménagés progressivement des fermes plus modernes au fil des années.

Ces habitations vont être abandonnées à la fin du XIXe siècle, mais des marginaux continuent d'y vivre jusque dans les années 1990.

En 1998, certaines caves sont rachetées par une association baptisé NUCLEUS qui veut y établir un centre d'interprétation de la préhistoire.

On y accueille tout type de public, pour y faire des démonstrations de taille de silex, de travail de la pierre, de création du feu, jusqu'en 2013,

date à laquelle l'association cesse d'exister.

De nos jours, depuis 2007, une de ces caves a également été restaurée par un particulier qui y habite à l’année.

Par ailleurs, une nouvelle association, baptisé Saint-Rémy Village Troglodyte loue, depuis 2013, sept caves pour laisser le public y accéder et sauvegarder ce patrimoine.

Au travers de visites guidées, d’animations pour les enfants, de spectacles ou de l’organisation de divers manifestations, les bénévoles de l’association font découvrir ce patrimoine

et l’histoire de ce village de l’époque médiévale à celle des tisserands du chanvre, d'avril à octobre (www.ethnicite.fr [archive])

 

Source :https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-R%C3%A9my-sur-Creuse

 

Retour au journal - Retour à la page d'accueil